Les nuages…

 

Qui n’a jamais en rêve souhaité

Voguer dans cette étendue mousseuse

Sentir le vent de liberté

Souffler sur l’étendue brumeuse

 

Les nuages, longs filaments argentés,

S’étirent et s’effilochent nonchalement

Berçés dans l’azur chaud et bleuté

Le soleil les embrasse langoureusement

 

L’âme s’émerveille de cet océan crémeux

Et envie ces vastes oiseaux solitaires

Ils font chatoyer leur plumage dans les cieux

Et, superbes, survolent les limbes de l’Ether

 

Mais hélas, bientôt le poète

Doit cesser ses contemplations,

Et détourner les yeux, de cette vision céleste

Vers l’aube gris et terne de la civilisation

 

 

J’ai pas du tout cherché à respecte le rythme, n’étant pas bien doué en poésie. J’ai fait ça y a deux ans, juste avant le bac de français si ma mémoire est bonne. Vais essayer de farfouiller pour en dégotter d’autres que j’ai pu pondre pendant les heures de cours ou j’avais pas grand chose à faire…

Laisser un commentaire