Les armes au goshindo

Ce que je n’ai pas mentionné dans mon article précédent, c’est que le Goshindo fait également usage d’armes.

Nous n’en avons que 3: le Bo (un long baton d’1m80 en moyenne), le Tanto, et les Kalis.

Généralement on en fait peu, on va dire que c’est une semaine par mois. Il faut savoir tout de même que les horaires sont extrêmement souples dans mon club, les profs sont payés pour enseigner à plein temps, et il y a des cours de 10h à 20-21h tous les jours de la semaine, avec des créneaux spécialisés pour les hauts gradés, ce qui laisse une grande lattitude. Mais cela se paie par un coût d’inscription assez élevé néanmoins.

Enfin bref. Je n’ai pas eu l’occasion de faire beaucoup de Bô, et je n’aimais pas spécialement. 1m 80 c’est trop grand pour être efficace à mon goût, cette année j’ai été initié à l’Aikido au Jô, et j’ai trouvé ça nettement plus souple et flexible dans sa maniabilité. Et les mouvements de corps n’avaient pas grand chose à voir avec le Goshindo, qui est axé sur des poussées frontales et des mouvements circulaires. De plus, je n’étais pas habitué à avoir mon bassin de biais. Un point important d’ailleurs, je sais pas si vous l’avez remarqué dans les vidéos précédentes, mais la position de garde au Goshindo est singulière. Nous avons la jambe droite devant et flêchie, et le gauche en arrière plutôt tendue, et légèrement croisée. De plus, le bassin et les épaules sont très droites, ce qui nous permet d’avoir une avançée frontale puissante, de protèger efficacement une grande partie de notre corps, et tout particulièrement l’entre-jambe pour ces messieurs (remarque ça marche pour les dames aussi… ^^), et aussi d’avoir plus d’amplitude au moment de libèrer notre bassin. Néanmoins, j’ai pu le remarquer en temps réel, c’est une garde défensive efficace, mais qui reste très figée, et ça devient plus difficile de se déplacer rapidement que dans des positions comme celles du Ninjutsu par exemple, nettement plus vives.

Concernant le Tanto (couteau). On apprend pas vraiment à s’en servir, mais plutôt à s’en défendre. Le but est de réagir exactement comme s’il s’agissait d’une attaque classique au poing, mais en veillant à ne jamais se faire toucher, bien entendu, et aussi à user de techniques de désarmement. Globalement ça ne nous change pas énormément de ce qu’on fait d’habitude, ça reste les mêmes mouvements, mais ça nous oblige à être nettement plus vigilant, et c’est très difficile au début de réagir exactement comme on l’aurait fait si l’adversaire avait attaqué avec un simple crochet, on a tendance à se fixer sur l’arme et à ne plus communiquer avec le reste de notre corps. C’est une approche pour moi intéressante, qui nous permet d’avoir des gestes plus vifs et plus précis quand nous revenons à mains nues.

Maintenant le Kali. Enfin je devrais plutôt dire les kalis, parce qu’on en manie deux à la fois. Pour ceux qui ne connaissent pas, le Kali symbolise un petit sabre d’une cinquantaine de centimètres, à peu près. La garde change radicalement, puisque nos kalis sont placés sur nos deux épaules, comme les Ronin Sourire. Le bassin reste dans l’axe du corps néanmoins. Nous ne faisons jamais de piqués, il s’agit exclusivement de coups sur les côtés. Le but est de tirer profit de l’usage de deux armes. C’est difficile d’expliquer exactement ce que nous faisons, et je n’ai trouvé aucune vidéo nulle part. En tout cas, à mon sens c’est agréable visuellement, et pas dénué d’efficacité, mais je regrette qu’on ne nous ait pas appris à nous en servir contre d’autres types d’armes, car j’ai essayé de m’en servir contre un Aikidoka qui faisait du Boken, et ça s’est soldé par un gros échec. Je suppose que c’est uniquement pédagogique, et que cela sert excusivement à nous obliger à bouger du bassin, car on bouge beaucoup quand on fait du kalis, c’est obligatoire au vu des mouvements tournants.

Edit J’ai enfin réussi à dégotter une vidéo avec des kalis. Bon, il ne s’agit apparement pas de goshindoka, et leur chorégraphie est plutôt ridicule, mais c’est pour que vous voyez à peu près en quoi nos mouvements consistent, bien que le mec de droite fasse parfois un peu n’importe quoi et change régulièrement de garde alors que ça ne sert à rien (sans doûte pour faire plus classe devant l’écran…). La voilà donc:

Image de prévisualisation YouTube

Mais d’une manière générale, les armes au Goshindo c’est plutôt un bonus on va dire. Au contraire de l’Aikido, ou le Boken fait partie intégrante de l’art martial, et ou les deux sont liés, les armes ne servent pas tant que ça à nous aider, car elles ne reprennent pas nécéssairement les mêmes gestes. C’est un bon moyen de se dépenser physiquement on va dire. Mais je préfère nettement plus pratiquer du Boken comme je le fais cette année ^^.

Une réponse à “Les armes au goshindo”

  1. kenshin dit :

    Oui carrement mauvais les mecs…

Laisser un commentaire