Petite agression

 

Pour répondre au sujet du blog de Matthieu (http://www.takezoshinmen.unblog.fr), je vais raconter mon épopée « héroïque » de ce qui nous est arrivé Lundi soir.

Donc au départ, Théo étant reparti chez lui passer son permis, nous n’étions pas sensés faire de Bokken: à 3 c’est pas des masses pratique, et Matthieu s’en voulait un peu que Théo ne puisse pas participer. On projettait donc de passer une bonne partie de la soirée à matter des épisodes de South Park. Mais après consertation, Anne-Lise et moi avions très envie d’en faire, on a donc attendu la nuit tombée pour descendre sur le Parking, quitte à faire cours à deux si Matthieu ne pouvait vraiment pas. Mais bien entendu, notre sensei ne peut pas résister longtemps à l’appel du Bokken, quand on l’a appelé il a immédiatement pris la décision de venir, on devait juste attendre qu’il ait passé son coup de fil à sa copine. On s’est échauffés pendant un peu moins d’une heure juste devant chez Damien, puis on est remontés sur le parking. C’est alors que Matthieu est arrivé.

On a à peine eu le temps de commencer à se parler qu’une voiture a déboulé sur le parking desaffecté d’en face, s’est livré à quelques accrobaties spectaculaires et purement inutiles, le tout à une vitesse inquiètante et avec des pneus qui souffraient le martyre. On ne s’est pas vraiment inquietés (on aurait du…), on les a juste pris pour de parfaits demeurés qui voulaient faire les malins avec leur caisse. Jusqu’à ce qu’ils se dirigent dans notre direction. Bien évidemment, vu la vitesse à laquelle ils allaient, on les a regardé passer. Le conducteur, qui ne nous avait apparement pas vu, à entamé un virage, quand une porte à l’arrière s’est ouverte et qu’un gars a demandé d’attendre…

Comme l’a raconté Matthieu, ses premières questions ont constituées à nous demander « pourquoi on regardait sa bagnole » et « ce qu’on foutait avec des bâtons »… Nous n’avons alors pas pu nous empêcher de remarquer la « légère » note d’agressivité dans sa voix, qui nous signalait que nous allions avoir des ennuis. Il devait y avoir 4 mecs qui sont sortis à ce moment là, mais je n’ai plus de souvenirs exacts. L’un d’entre eux s’est jetté sur moi, et m’a pris le Bokken des mains. On voyait clairement qu’ils n’étaient pas vraiment en bon état, plutôt que de risquer de suite un conflit, j’ai préferé le laisser le prendre, de toute manière il n’avait pas vraiment l’air dangereux avec, j’imagine qu’il voulait juste faire le cake. Il prend ensuite en chasse Matthieu. Je n’ai pas du tout eu l’affaire à lui par la suite.

Matthieu s’éloigne un peu avec le grand, pour l’écarter de nous. Après coup, il s’en ait  voulu de ne pas avoir été à côté d’Anne-Lise et moi, mais c’était la meilleure chose à faire, et il a très bien réagi du début à la fin. Heureusement qu’il était avec nous notre sensei Sourire. Mais pendant ce temps, le petit teigneux, qui fera la navette plus tard entre moi et Matthieu, reste à proximité. Il y avait deux autres aussi, mais je ne me souviens pas qu’ils aient fait quoi que ce soit tout du long, ils se sont contentés d’être spectateurs. Le petit était très près de moi, beaucoup trop près d’ailleurs pour que je puisse me défendre efficacemment. Mais je n’avais absolument pas envie de m’éloigner, si je m’étais bougé il l’aurait remarqué et m’aurait suivi, et je ne voulais pas laisser Anne-Lise toute seule au milieu, même si je ne lui étais pas d’une grande utilité et qu’ils semblaient l’ignorer. M’enfin vu l’état dans lequel ils étaient, je doûtais que leur cerveau ravagé par la drogue, ou autre, puisse longtemps garder un semblant de retenu, même avec une fille. 

Il a vite commencé à me mettre une baffe. Pas une droite ou un crochet, que j’aurais largement préferé. Mais une vraie claque, absolument pas douloureuse mais qui m’a très violemment échauffé. Une claque c’est très humiliant, et j’ai un bref instant pensé à m’énerver. Mais c’était sans doûte mon agressivité qu’il cherchait à éveiller, j’ai donc préferé ne pas y répondre, quitte à ravaler ma colère (c’est d’ailleurs ce qui a été pour moi le plus dur à avaler). Sinon je ne me souviens pas qu’il m’ait beaucoup parlé, à part pour me chercher. J’ai répeté sans cesse qu’il n’y avait aucun soucis et qu’on n’avait pas à se battre, mais évidemment ça ne servait à rien. Il n’avait pas d’arme, je ne le pensais pas vraiment dangereux: en fait, ses frappes ne faisaient pas mal (pourtant il y mettait de l’énergie). Je n’ai pas la prétention d’être super endurant, c’est juste qu’ils ne savaient vraiment pas frapper. Mais ce que je redoutais, c’est qu’il faille cogner longtemps avant qu’il ne ressente quoi que ce soit, vu son état, et que ses copains n’interviennent.

Je n’ai pas de souvenir exact de mes péripéties, je me suis surtout inquieté pour Anne-Lise. Il ne s’acharnait pas sur moi, et je n’avais pas trop de soucis pour Matthieu. Et d’un seul coup, gros choc sur mon front. Alors… Pour répondre à ce que j’ai pu voir ailleurs, un coup de boule, c’est con, mais quand on ne s’y attend pas et que le type en face se tient à 50 cm de son visage, à tous les coups ça marche. Je n’ai pas la maîtrise martiale de Matthieu, mais j’ai quand même pratiqué pas mal d’années, et j’ai acquis quelques réflexes contre les frappes. Ce n’est donc pas par masochisme que je me suis pris son front en pleine gueule, c’est juste que je ne l’ai pas vu venir. Encore une fois, ça ne m’a pas fait mal. Ca sonne, c’est tout, mais ils ne savaient pas s’y prendre. Evidemment, il a fallu que ça touche le mauvais endroit, et c’est l’arcade sourcillière qui a pris… en quelques secondes, j’avais du sang plein les mains et la figure. Là je dois avouer que j’ai eu une furieuse envie de commencer les hostilités, quand Anne-Lise s’est mise à hurler. Je crois qu’elle nous a tous mis un moment en pause, et que même eux ont compris qu’elle avait vraiment peur. Ils ont continués, mais moi ça m’a freîné, et de notre côté ils se sont calmés. Le petit nerveux a voulu m’agresser avec une bouteille, mais il s’en est tenu là. Pis d’un coup, d’on ne sait trop où, une vingtaine de personnes se sont pointées, ont rapidement compris la situation, et ont commencés à les calmer. Je n’ai pas pu les remercier, et je regrette de ne pas l’avoir fait, parce qu’on leur doit beaucoup. Les 5 imbéciles ne s’en sont pas pris à eux mais continuaient à vouloir nous frapper, énervés apparement d’avoir été interrompus dans cet instant privilegié que nous partagions…  Après je ne me rapelle plus trop, je me souviens juste du mec qui nous a hurlé de nous cesser, et d’un con qui sautait sur matthieu.

Je m’en suis bien sorti pour mon arcade: pas de points de suture, et ça ne laissera pas de trace d’après le médecin. Anne-Lise et Matthieu m’ont super bien soignés. On a vraiment eu de la chançe ce soir là, ça aurait pu finir bien plus mal. Déjà mes deux amis ont tout du long bien gardé leur sang froid (sauf pour le cri, mais ça nous a sauvé la vie) et ont réagi de manière admirable. Mais les ars martiaux ne servent à rien dans ces cas là: je pense savoir me battre, surtout contre eux, ça aurait été relativement facile, mais s’entraîner au dojo ça n’habitue pas au choc d’une agression brutale. La violence à vivre ça n’a rien de banal, surtout quand c’est la première fois qu’on en est vraiment la cible. Sur le coup je n’ai pas eu peur, mais ça m’est tombé dessus après et j’ai eu du mal à m’en remettre. Petite nature peut-être, m’enfin c’est plus facile de dire « contre un coup de boule, suffit de lever le coude en avant » que de réagir efficacemment contre une fureur inexpliquée. Et accepter de se prendre des coups, sans riposter, c’est dur, très dur. Même si je m’en sors mieux physiquement, psychologiquement j’ai mis un petit moment à l’accepter.

Au final ça n’est plus qu’un mauvais souvenir sur lequel on plaisante. Mais ça fait réfléchir, et je ne sais pas comment je réagirai si quelque chose dans le genre se produisait à nouveau…

Une réponse à “Petite agression”

  1. Takezo dit :

    Ta version est très bonne, par contre il faut arrêté de m’appeler sensei, puisque je n’ai rien d’un sensei, (sempai à la limite, et encore). Merci d’avoir posté ta version, c’est très intéressant de voir comme la perception permet difficilement de transcrire la réalité parfaite. Cela dit dans l’ensemble on est d’accord.Mais il est normal que dans l’action notre conscience des choses soit altéré.

    Dernière publication sur Niten no yume, site perso sur les arts martiaux, les arts graphiques,et autres formes d'art : Kuroda Tetsuzan

Laisser un commentaire